Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Course des 4 clochers - 6/03/2016

Publié le 8 Mars 2016

sur le départ

sur le départ

2 ème course vélo, fédération fsgt, toujours en caté 5. toujours malade, a parfois passé la moitié d'une nuit à pas dormir à cause de crampes d'estomac, état nauséeux, mais je prends quand même le départ.

je suis allé chez le doc qui m'a donné une boite de médoc sans effet. il pas su cerner mon problème et l'a pris trop à la légère, ce n'est ni une grippe, ni une gastro. Va surement falloir que j'y retourne.. du coup je suis bon pour une semaine d'arrêt complet minimum. fais chié.

La course : départ 14h dans la commune de caux ( 34). organisé par le VC Pénézas. temps frais, 10°, vent de nord-ouest 35km/h ( de face sur la première moitié du parcours).

le col de neffiès et la bosse de Fontès jalonnent ce parcours de 20,5 km, bon revêtement, pas ou peu de voitures.

on apprends que le départ se fera en 2 groupes au lieu de 3, et que les caté 5 seront avec les 4, qui eux, ne feront que 3 tours au lieu de 4.

Les jambes ont l'air bien, j 'ai mangé qq pates à la tomate et boisson sucrée.

Je n'ai presque pas roulé depuis 1 semaine, voir 15 jours. 20km le mardi, et 30 le vendredi; j'ai été scotché le reste des autres jours.

Sur le départ ils font l'appel, ça prends 15'; Certains sont habillés comme s'il faisait - 5°. je pars sans gants, cuissard court, veste assez légère, 2 bidons de 750ml et j'aurais bien assez chaud et assez à boire.

le départ est chaotique, c'est coup de frein alterné avec des accélérations, je suis mal placé mais j'ai été appelé dans les derniers, dur de remonter, y'a peu de place et surtout un gros vent de face, donc je me contente de suivre et de boire dès le départ.

Arrivé dans le col ça accélère, normal, mais comme je me suis mal placé je me tape tous ceux qui décrochent et chaque fois je fourni un gros effort pour recoller, n'étant pas du tout grimpeur je laisse beaucoup de jus, je manque la chute de peu mais je passe dans le bas coté sans tomber. Du coup je suis quand même distancé avec d'autres. on fait la descente et on recolle avec un petit groupe dans la descente, mais je relâche dans la 2 ème montée après Fontès, pfiou je sens que c'est pas mon jour.

Le souci d'être distancé sur une course ou il y a du vent c'est que si tu lâches le groupe tu es mort et ne peut pas revenir, tu te crèves face au vent. Sur un clm pas de soucis mais la seuls ceux qui sont devant prennent le vent.

Je passe l'arrivée au premier tour on est 2/3 éparpillés. le N°98 de montagnac et un plus jeune qui revient sur nous, on est 3 vent pleine gueule. j'ai déjà des crampes, a ce moment la je pense que je suis pas loin donc je continue mon effort. les 2 gars me lâche dans le col ; au pied du col je bois une bonne gorgée et manque de tout dégueuler, les pâtes sont à 2 cms! le ventre est pas bien, comme depuis un moment, alors je me retrouve seul pendant un long moment, mais je roule, j'essaie d'être bien posé sur la machine de pas lâcher mentalement malgré les conditions. je ne sais ou pas j'en suis dans la course mais bon le physique n'est pas au rdz.

2 ème passage de la montée de Fontès : un type me double, puis une femme ( Fabienne) et ça n'arrête pas, un groupe de 15 me remonte. la je comprends que j'ai fais une grosse erreur de vouloir rouler tout seul, je me suis usé comme une merde, mais comment savoir qu'il y avat un groupe derrière? j'accroche ce groupe mais c'est pas facile. tjr envie de vomir. je me fais laché dans le dernier passage du col avec 2 types, dossard 127 et 121. la montée est lente, laborieuse, je sais que je ne reviendrais pas et pourtant ils sont pas loin, à 100m devant, alors je tiens malgré tout me disant que peut être que..dans la descente.. je fais la descente devant le 121 prend des relais. au pied de la descente les 2 types partent je ne peux suivre malgré que le trrain me soit favorable, plat, j'ai des crampes, je suis pas bien. je lâche mentalement à Fontès. Fini, je fini en solo comme je peux. je prends 2' en qq kilomètres.

Je boucle les 3 tours en 2h02; la garmin a merdé et comme je la laisse dans la poche arrière je n'ai pas fait gaffe.

A l'arrivée sur le moment je suis mal, dégoûté, j'ai envie de balancer mon vélo, ma montre, me sens comme une merde de pas avoir suivi un rythme somme toute "modeste". Et puis je vois personne arrivée derrière moi pendant un moment, je me dit que je dois être vraiment dans les derniers. le classement est faussé, je n'ai que 2 tours de comptés mais avec mon temps total..

Rien pour les accompagnants, même pas de quoi boire une café.

Les difficultés :

malade, le vent, pas de moment de répit sur la course comme sur l'hortus.

Des caté mélangées donc impossible de savoir ou on en était; un coup a vouloir suivre des types meilleurs que soi.

un terrain et des routes inconnues.

Points négatifs :

Avoir pédaler et voulu recoller en descente alors que je sais que l'effort fourni n'est pas "rentable" en descente.

Petit bémol sur les changements de derniers minutes de la part de l'orga mais bénévoles bien placés, petit prix une bouteille à la fin. ça me va.

Les points positifs :

Ne pas avoir laché l'effort dans la course et ne pas abandonner car malade.

Le tarif pas cher.

une expérience, on apprends toujours quelque chose.

Conclusion :

Ai-je vraiment le niveau pour faire des courses en ligne?

Comprendre une fois de plus l'importance du placement mais la difficulté a se placer.

Le coté tactique avait ici encore plus d'importance au vu du vent et du profil.

Comprendre qu'il y a peu ou pas de course d'équipes, ça se passe surtout de façon circonstancielles entre les coureurs.

Comprendre que je préfère l'effort solitaire, que à priori je n'aime pas trop m'imposer aux autres alors qu'il le faut en vélo, il ne faut pas hésiter à profiter, ruser; pas trop ma mentalité. je préfère me confronter sur un effort ou chacun est dans les mêmes conditions, basé uniquement sur le potentiel propre du coureur et non sa capacité "tactique".

Commenter cet article