Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

infirme hier, infirme demain

Publié le 15 Juin 2016

4 mois sans un article, car aucune course même s'il est arrivé que je fasse un article généraliste.

Pour cause l'apparition soudaine d'une maladie.

2 mois pour poser un diagnostic, sans avoir l'étiologie pour le moment, ce qui paraître long mais qui est assez court vu la rareté du problème.

2 mois de souffrance physique, de souffrance mentale, d'épuisement total, d'incompréhension des proches, de doute, de dépression.

2 mois de relations humaines exacerbées, partagées entre un rejet parfois inattendu de personnes diverses, très proches ou qu'on pensait très proche, jusqu'à ses parents, et de soutiens également inattendus et aussi parfois attendus.

Certains vous rejettent car vous êtes homo, nain ou malade.

Vous devenez une personne peu intéressante, avec une vie inexistante puisque vous ne pouvez plus rien faire à part parler de votre problème, et puis « vous faites chié à force », vous n'avez pas non plus « un cancer en phase 3 ».

Ça opère un tri assez sélectif et révèle les personnalités, on est pas déçu de l'expérience haha ! Je vois ça comme un coté positif de l'expérience.

J'ai décidé de rendre ça publique, et heureusement il y a du soutien, sous différentes formes, du petit mot à l'aide physique, a ceux qui font avancer les choses et vous aident jusqu'au bout et font que vous ne sombrez pas, et vous sauvent, au sens propre du terme. Je passe les détails je suis passé très près selon les docs. J'ai eu la chance d'avoir une bonne constitution, d'être entraîné et fort physiquement, (Ce qui est plus le cas).

Ensuite apprendre à vivre avec son problème, le comprendre, se rapprocher d’associations, alterner les phases de dépressions et les phases d'acceptation, essayer de retrouver un semblant de vie, écouter un peu de musique, retenter de jouer de la guitare, marcher, faire un petit tour de vélo, faire un marché, un ciné ou un restau.

Après 4 mois et demi cela va mieux. Les souffrances physiques sont quasi parties, reste la fatigue toujours marquée. Coté mental..ça se tient un peu près. Il ne faut pas y penser. Penser qu'on est malade à 35 balais, privé de certaines choses dont vous étiez passionné, vivre presque au jour le jour, accepter d'être défaillant est pas réjouissant.

Pour le milieu médical, faut chance de tomber une bonne personne, j'ai eu cette chance, je suis bien suivi, enfin. Si vous avez pas un docteur impliqué, bonne chance. Le souci c'est que ce genre de médecin n'a plus de place depuis longtemps. Je serais son exception,

Quand on vous répète que ça vient peut être de « votre tête », ou que « vous êtes sur que vous avez pas pris de produis dopants ? » qu'on vous file des antidépresseurs au lieu de vous écouter.

Quand vous arrivez aux urgences, que vous tenez plus debout et que vous sentez que vous allez crevé et qu'une équipe est en face de vous pendant 30 minutes en train de rigoler, que enfin un type vient vous voir et vous dit de rentrer chez vous et de vous de déstresser, alors que vous comprenez même pas ce qu'il vous dit.

Quand vous vous traînez dans une pharmacie pour avoir un semblant d'aides et qu'on vous met dehors.

Quand on appelle le samu et qu'on vous dit d'aller voir un doc de service à 10 km de chez vous...

Quand on demande un docteur un papier pour une ALD ou un arrêt maladie et on s'entend répondre « j'ai pas l'adresse ».

Quand on vous rigole au nez au RSI.

Quand un médecin vous raccroche au nez, parce que vous l'ennuyez avec vos problèmes d’hypocondriaque.

Quand vous apprenez par hasard après un multiple passage à l’hôpital pour faire avancer le dossier que vous avez un exam le lendemain.

Quand il faut aller à l’hôpital je ne sais combien de fois et attendre un mois pour avoir une lettre de sortie. Idem pour un résultat d'IRM.

Quand il faut se battre alors que vous en avez pas la force.

Je fais court, très court.

Ne tombez pas malade.

Un parcours sûrement classique, autant que le plan médical que social. Y'a un avant et un après.

Faisons en sorte que cet après soit agréable. Je vais m'en remettre, doucement mais sûrement et en sortirait changer. :)

Commenter cet article