Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

No name

Publié le 30 Juillet 2016

Si certain(e)s se demandent pourquoi plus il y a d'attentats et moins il y a de réactions, la raison est simple et je vais faire un parallèle avec la maladie.
La première fois que ça arrive ou que vous le dites, beaucoup se sentent concernés, veulent aider, comprendre et soutenir etc.

Quand 3 mois plus tard ça se reproduit ou que ça n'a pas changé, on s'étonne, ha bon ? Mais rien n'a été fait pour régler le souci ? Il y a tjr des réactions de soutiens mais moins ; c'est pas normal, il faut vraiment faire quelque chose. ça me fait penser à cette réplique culte : " hier je donne aux restaurants du cœur, aujourd'hui y'en encore qui ont faim, je comprends pas"

Quand au bout de 6 mois ou un an et plusieurs rappels à l'ordre on en toujours au même point, peu réagissent encore, beaucoup se sont fait une raison, finalement « c'est comme ça », malgré le fait que la douleur soit la même qu'au premier jour, même les amis et la famille se sont petit à petit détournés, chacun à sa vie, seul reste les personnes touchées, éventuellement le personnel de santé car c'est leur quotidien, mais une fois essayer leur méthodes, qui ne fonctionnent pas ils passent à un autre patient. Certains ne répondent ne répond plus, mon nouveau doc me file du stilnox/Xanax/ que je ne prends pas. Bref, on est au bout de la solution médical. Je pensais quand même qu’on en savait un peu plus de nos jours.

Alors que me reste il a faire? voir un gourou ou un charlatan? vivre ma vie sur un canapé?

J’essaie de ne pas penser a ce à quoi est réduite ma vie et surtout au fait qu’elle est devenue mon quotidien. à part un miracle, une rémission divine, je resterais comme ça. Fini le sport comme je l'aimais, le boulot on verra combien de temps c’est encore viable, pour le mental idem.

Faut accepter et changer de référentiel, mais j’y arrive pas, parce que cette nouvelle vie ne m’intéresse pas, et me coupe de presque tout ce que j’aime faire et des gens que j’aimais voir.

Maladie de merde sur laquelle il n'y à même pas un nom.

Commenter cet article