Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cyclo La Louis Pasteur- 27/08/2017 - 15ème/200

Publié le 29 Août 2017 par Bat in Sport

Pas prévue au programme car lointaine mais je la connais puisqu'elle se passe dans ma ville natale que j'ai quitté il y a fort longtemps. Ma grand-mère m'ayant envoyé le dépliant par la Poste, je me décide une semaine avant. C'est l'occasion de voir quelques membres de la famille et des amis, et de faire du vélo dans ce coin qui, en été, est vraiment agréable.

Je reconnais les vingt premiers kilomètres la veille, j'ai aucun jus, ça promet. ces premiers kilomètres sont des toboggans, succession de bosses et de descentes, plus ou moins longues et pentues, je dirais entre 200 et 500 mètres, entre 4 et 7%. Je me demande comment ça va se dérouler, surprise!

Course à domicile puisque logé à 50 mètres du départ, on se retrouve avec mon ami Vincent vers 8h, je lui montre la fin du parcours, on fait quelques bouts droits progressifs puis on va se placer, on est pas tant que ça, environ 200, un bon peloton. Départ du 110 km à 9h, puis nous à 9h05. Il y a 2 sas, par 100 dossards. Le 144 km part à 9h30.

Le départ est neutralisé jusqu'à l'entrée de la forêt de chaux et c'est une bonne chose car ça part dans la descente du Cours Saint-Maurice, très pentu avec un virage serré tout en bas. Je me replace dans la montée de la Bedugue pour être dans les 20 à l'entrée de la forêt. La route est étroite, une demi-route avec des bords casse gueule( certains iront au tapis), et ou il est presque impossible de remonter. avec le toboggan qui arrive, être à l'arrière c'est laisser des plumes dans les relances ainsi que de rester au contact du peloton avec ceux qui lâcheront petit à petit, obligeant à un effort pour recoller.

Ayant fait quelques cyclos cette année, je commence à apprendre. Donc je suis bien placé devant, je garde ma place en ne laissant pas de trous devant moi, car un peloton c'est comme la nature, ça aime pas le vide à part quelques trous par ci par la, tels des sites tétraédriques ou octaédriques dans les structures moléculaires. j'essaie de rester sur le coté de la route, on peut toujours remonter un peu même si on est plus exposé, car au milieu du troupeau c'est mort.

Ces 20 premiers kilomètres ils ne se passent donc pas grand chose à l'avant, les montées se font bien moins forts que ce que j'aurais pensé, et les descentes en roue libre, ça avance pas assez à mon gout, économie pour plus tard. Par contre à l'arrière ça fait un peu l'élastique, on subit plus la course, et il y a des chutes, certains ont peur, zigzaguent, déchaussent..

Viens la bifurcation sur une belle route large, la ça remonte sur les cotés, je redescends naturellement, puis remonte me placer de temps en temps et ainsi de suite.

S'en suivent environ 25 km sur des routes inconnues, je ne connais pas le profil et il y a quelques bosses comme celle avant Gendrey, 1,5 km à 4% ou la ça visse, premier moment ou faut écraser, ça se monte à 30, ça passe, ça sera le seul moment ou je suis dans le rouge en i5, tjr bien placé. puis a nouveau de la roue libre dans les descentes, c'est frustrant, je suis souvent sur les freins. la pluie arrive gentiment vers le 40 ème kilo. il fait frais et ça fait pas de mal. 

Arrive le moment ou la course va se décanter pour ceux qui restent, la première cote de Brans, un petit 2 km à 5,7%, 5km à 3% sur la bosse dans son ensemble, mais c'est pas régulier. Je prends un gel. Malheureusement j'arrive pas très bien placé, avec la pluie je suis resté en retrait, du coup ça part devant, et je subis un peu ceux qui montent moins vite mais je ne pense pas que j'aurais suivi la tête, à ce moment je suis un peu décroché. Re-descente sur 1,5 km sans danger puis on attaque un morceau de la montée de la serre, après un virage très serré sur la gauche, avec la route mouillé, on part quasi à l'arrêt.

J'en vois pas mal qui relance à bloc, c'est une erreur car le % est suffisant important sur les 300 premiers mètres pour se faire mal et on vient de faire de la roue libre, un coup à se griller et ça rate pas, au bout de 300m je les remonte sans avoir mis d'accoup et fait la "montée" au train, irrégulière aussi, mais sans grande difficulté.

On est 4, on va rouler environ 6/7 km en prenant quelques relais pour revenir sur le groupe de tête juste avant la petit bosse de Falletans. la je reste derrière, j'aurais peut-être dû essayer de me replacer mais y'avait peu de place, chacun gardant son rang. C'est un peu tendu il reste peu de km et on est environ 25. 

Sur le dernier virage pour reprendre la rue du Général Malet, ça chute sur les bandes blanches et mouillées. A ce moment la comme je suis derrière, un mal pour un bien je l'évite ( et sans voler), il doit rester 300 mètres, j'accélère comme tout le monde sans vraiment m'arracher car trop loin de la tête.

Je retrouve ma mamy sur la ligne d'arrivée, ça fait vraiment plaisir, c'est aussi pour elle que je le fais, car elle adore le vélo depuis son plus jeune âge. Puis Vincent arrive quelques minutes plus tard. il a peu très peu rouler cette année, sinon il aurai été devant pour la gagne.

On papote, mange un bout, fait des photos, ça fait vraiment plaisir. Et le classement : 15 ème! Et bien c'est pas mal du tout :) 15 ème sur plus de 200 inscrits, de mieux en mieux, et 2 ème de caté, dommage, seul le premier est récompensé.

Avec le recul il aurait peut être fallu tenter quelque chose? mais ou, à quel moment? Peut - être à 5km de l'arrivée ou un peu plus près de l'arrivée? en restant derrière, je ne pouvais prétendre à rien. ou alors plus tôt? mais seul, ne connaissant personne ni la route au milieu du parcours, et m'aurait on suivi?

Au final très content car course bien menée et mon meilleur résultat sans être particulièrement cuit, suis même assez "frais" à l'arrivée, mais c'est que 2 heures de course.

 

Quelques chiffres qui ne servent à rien :

15 ème sur 206, 2 ème de caté.

Temps : 2h04' pour 75km et 726 de D+ soit 36,1 km/h (avec la partie neutralisée.)

Cardio : sans. ceinture en rade, dommage

Départ
Départ

Départ

Arrivée
Arrivée
Arrivée

Arrivée

Commenter cet article